UNIVERSITÉ DE PARIS - 8

U. F. R. 1 ESTHÉTIQUE, SCIENCES et TECHNOLOGIES DES ARTS

et

Z.K.M. | Zentrum für Kunst und Medientechnologie

Institut für Musik und Akustik

*

paulo ferreira lopes
 
 
 
 

rapport des activités de recherche
 

ZKM - IMA - 3eme année de thèse
 
 
 

avec le concours de
 
 

FCTFundação para a Ciência e Tecnologia

Ministério da Ciência e Tecnologia
 
 
 

sous la direction

de

M. le Professeur

Horacio Vaggione



 

Sommaire
 
 
 

1. Introduction
 

1.1

1.2


 
 

2. Recherche, développement et production
 
 

2.1 Le projet Sotto Voce 2.1.1 Filtrage Diffusion Perception à travers la modulation spectral

2.1.2 Applications de la méthode de filtrage par modulation spectral dans la diffusion et perception spatiale
2.1.3 Description des commandes de l’interface
 
 

2.2 Le projet Machina Musica
 
 

3. Conclusion
 

4. Appendice

 
 
 
 
 
1. Introduction
 
 
 
 
 
 

1.1
 
 
 
 
 
 

Comme introduction de ce rapport nous considérons important produire dès le début un aperçu, assez synthétique mais en même temps clair, sur le travail développé au cours de ces trois ans des recherches pratiques, ainsi que les résultats et les applications ressorties à partir des différentes tâches de recherche et de production entreprises pendant cette période.

De cette façon, et à travers cet aperçu nous prétendons d’une part donner une visualisation globale et nette de nos objectives, de nos recherches et réalisations et d’autre part nous prétendons enchaîner la période qui correspond aux trois ans précédents avec une synthèse des objectifs qui concernent la dernière année de travail aussi bien que la planification de la rédaction finale du mémoire de thèse.

La présentation spécifique des contenus et résultats du travail de recherche de l’année scolaire 2000/2001 sera faite dans le chapitre deux. Une conclusion respectant cette période de recherches (2000/2001) sera présentée dans le chapitre trois.

Concernant le dernier chapitre (le quatre) il présente sous forme d’appendice à ce rapport, un article publié à la fin de l’an 2000, L’Ordre Naturel du Digital- à l’ère des cultures minoritaires, lequel est mentionné et précisément référencé dans la synthèse d’activités pendant le point 1.2 de ce chapitre.
 
 
 
 
 
 
 
 

1.2
 
 
 
 
 
 

Au cours de la première année de recherche (l'année scolaire de 1998-99), nous avons penché notre travail sur la recherche et le développement des interfaces interactives pour le contrôle musical en temps réel, aussi bien que leurs applications dans le domaine des utilisateurs non spécifiques. Cette dernière application avait comme but la production et structuration d’interfaces de contrôle d'événements musicaux/sonores dans le cadre d’installations interactives envisagés pour un public dépourvu d'aptitudes musicales.

Dans ce cadre, le travail s'est divisé dans deux différents axes, elles-mêmes placés dans des activités diférentes, orientées toutefois autour des objectives communs. Le premier axe, nous l’avons encadré dans la recherche. Le deuxième axe, nous l’avons encadré dans la production.

Dans le premier axe, la rechercehe, notre travail s'est divisé en deux actions :

• recherche et développement d'une interface (software) interactive pour le contrôle et correction acoustique de la diffusion sonore à quatre points (4 haut-parleurs) en temps réel.

• développement et élaboration d'une interface modulaire de filtrage de son , à travers différentes techniques - convolution du signal , convolution du signal par modulation non linéaire - piloté en temps réel .
 
 

Dans le cas du deuxième axe, la production, notre travail s'est penché sur la production et la réalisation d'une installation (1) de grandes dimensions (c.a. 100 m3) composée par les éléments suivants: • musique, diffusée à travers un circuit áudio à huit canaux indépendants

• vidéo, projetée sur trois écrans et diffusée à trois canaux indépendants

• projection d'image à travers diapositive (au format 135 mm - 3 canaux en simultané) et des diapositives (au format ektachrome 800 mm - 2 canaux simultanément ).

En ce qu’il concerne la description précise des travaux de recherche aussi bien que les réalisations pratiques, étant donné le caractère introducteur de ce chapitre nous remettons pour la lecture du chapitre 2 du mémoire de rapport de 1998/1999 (http://www.crosswinds.net/~pfl/pubications2/rap99.html).

Concernant la deuxième année de recherche (l'année scolaire de 1999-2000), et comme développement des travaux initiés antérieurement nous avons établi des procédures et des méthodes quasiment semblables à la première année, en divisant le travail dans les axes énoncés précédemment (recherche/production). De cette façon notre travail de recherche a poursuivi visant deux sujets majeurs:

1 - recherches sur la diffusion du signal audio à plusieurs canaux :
  • développement d'applications et d’interfaces capables de simuler la localisation et le mouvement de plusieurs sources sonores simultanément ;

• développement d’outils pour le contrôle interactif de ces interfaces (2) (localisation et mouvement de plusieurs sources sonores simultanément).
 

2 - recherches sur différentes méthodes de filtrage en temps réel;
  • Développement d’outils de filtrage en temps réel par méthode de convolution en employant différentes techniques :
  - filtres résonants;

- soustraction des partiels à l’aide d’analyse par FFT;

- modulation spectrale à l’aide d’analyse par FFT;

Dans le cadre des activités de production nous avons centré nos objectifs sur la réalisation de deux différents systèmes :
 
 
 
  • La révision d’un système informatique pour l'analyse et pour le traitement du signal audio en temps réel pour la réalisation d’une pièce avec violoncelle. Dans le cas de ce projet, l'achèvement du système n’a pas encore eu lieu.

• La réalisation d’un système informatique interactif pour une pièce multimédia, ainsi que la composition de la pièce et la conception de la partie visuelle et scénique.

(http://artes.ucp.pt/olhares-outono/oo-2000/dir3/don.html) .

Tel comme nous l’avons mentionné antérieurement, pour une appréciation plus détachée de notre travail au cours de l’an 1999/2000 nous remettons pour la lecture des chapitre 2 et 3, du mémoire de rapport qui concerne les travaux entreprises pendant 1999/2000.

(http://www.crosswinds.net/~pfl/publications3/rap00.html)

Encore encadré dans nos activités de recherche (5) et comme moyen de diffusion et aussi de valorisation, en même temps nous avons développée une activité de publication au cours des années scolaires 1999 jusqu’au 2001, dans laquelle nous avons pu publier deux articles dans des journaux internationaux - Lisboa-Paris-Karlsruhe (3) et L’Ordre Naturel du Digitale (4)- à l’ère des cultures minoritaires - ces articles sont aussi disponibles dans la internet sur l’adresse suivante: (http://www.crosswinds.net/~pfl/publications5/2_en_3.html).

Aussi encadré dans le domaine de la publication nous avons produit un paper pour le cycle des conférences upDate au Zentrum für Kunst & Medientechnologie (du 2 au 18 Juin 1999).

En ce qui concerne la troisième année d’activité et de recherche, vis-à-vis de l'évolution et l’introduction des nouveaux outils pour le traitement du signal audionumérique en temps réel, au cours de l’an de 1999-2000, et vis-à-vis l’introduction des contrôleurs physiques, nous avons manifesté chez notre directeur de recherche l'intérêt et l’intention de pouvoir transposer et poursuivre les recherches antérieurement entreprises à l'aide des dernières techniques et hardware.

Comme consequence, nous nous sommes confrontés avec une complexité supplémentaire car il nous fallait procéder à une étude de réécriture (informatique) des interfaces en vue de transposer une grande partie de notre travail de recherche incluant des modules de contrôle gestuel des interfaces produites manipulés et pilotés à travers des contrôleurs physiques.

De cette façon et en ce qu’il concerne la partie recherche, nous avons donc reparti les abordages, grosso modo, en trois points:

• réécriture des interfaces - sous implication d’étudier les nouvelles techniques d’interpolation vectorielle du signal audionumérique;

• recherche, implémentation et réalisation des modules de contrôle gestuel à l’aide de contrôleurs physiques (senseurs externes);

• implémentation d’un interface de contrôle de diffusion du signal audionumérique à l’aide des méthodes de filtrage spectral.

En ce qui concerne la partie des réalisations pratiques, au cours de l’année scolaire de 2000/2001, basés sur les résultats d'expérimentation et de recherche énoncés préalablement, notre activité nous a permis et nous a amené simultanément à des résultats positifs à travers l'achèvement de deux projets : • une pièce pour le violoncelle avec électronique en direct (6) - l’interface debuté pendant l’année scolaire de 1999/2000;

• la réalisation du dernier projet pratique constitué d’une pièce multimédia pour voix féminine, violoncelle, électronique en direct et vidéo (7).

Finalement et comme dernier point de cette introduction, il nous aimerions bien souligner l’importance que la troisième année de recherche a eu dans l'accomplissement des nos activités car cette année nous a permis d'ajouter à nos recherches des données absolument indispensables en ce qui concerne les interfaces de contrôle gestuel. Ainsi et comme conséquence future, surtout au niveau de la rédaction de notre mémoire de thèse, vis-à-vis l'ouverture à une possibilité de pouvoir en ajouter ces nouveaux éléments de recherche, nous considérons que notre travail sera considérablement enrichi. De cette façon, c’est notre intention débuter la rédaction finale de notre mémoire de thèse de doctorat au mois de Septembre de 2001 en vue de soutenir le travail au cours du mois de Novembre de 2002.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

2. Recherche, développement et production
 
 
 
 

2.1 Le projet Sotto Voce
 
 

2.1.1 Filtrage Diffusion Perception à travers la modulation spectral
 
 
 
 

Tel que nous l’avions rapporté dans notre mémoire qui concernait les activités de l’année 1999-2000, au cours de cette année nous avons implémenté un algorithme de filtrage, qui portait un aspect originel : la modulation du spectre à l’aide des petits algorithmes périphériques couplés autour d'un filtre de type Combi.

Le propos d’implémentation de cette méthode ce n’était pas procéder au développement d’un nouveau algorithme pour l'implémentation du filtre, car son implémentation dans Max/Msp était déjà faite par David Zicarelli (fig. 1 et fig. 1.1). Notre propos principal était de produire l’engendrement et l'implémentation des modules de modulation du spectre à travers un nombre limité des fonctions, constituées par petits algorithmes, qui permettaient d’opérer certains types de modulation sur le signal, entre autres :
 
 

• modulation spectral;

• synthèse en temps réel.
 
 






La modulation du signal, avant et après le filtrage, dans des combinaisons variables, et parmi cette méthode, permet un accroissement considérable des paramètres de contrôle du signal audionumerique et conséquemment une diversification plus fine et plus ample des possibilités de traitement du signal.
 
 






Dans le cas de notre algorithme, le principe est presque en tout équivalent à l’algorithme de SERRA - synthèse par modélisation spectrale (SMS)(8) - sauf que dans le module correspondant à la resynthèse du spectre avec le bruit (filtré) nous avons introduit un algorithme de modulation dans lequel nous faisons simultanément entrer le signal aussi bien qu’une fréquence de référence (voir la fig. 2).







La conjugaison du filtre représenté dans la figure 1.1, du modulateur de signal d’entré représenté dans la figure 2 et encore d’un module composé d’une sinusoïde comme fréquence de référence, structurent ainsi la première partie de notre algorithme, qui est en fait la partie la plus importante car le filtrage s’effectue dans une nouvelle étape de l’interface (voir fig. 3)
 
 












2.1.2 Applications de la methode de filtrage par modulation spectral dans la diffusion et perception spatiale
 
 

Après un travail de quelques mois, pendant l’an scolaire de 1999/2000, autour de différentes stratégies en vue de conjuguer les techniques les plus adéquates d’implémentation de cet algorithme, le pas postérieur de notre travail, s’est dirigé, au cours de l’an 2000, vers plusieurs tentatives d'implémentation d’un algorithme plus vaste, globalement composé par l’assemblage de quatre filtres du type combi plus quatre modules de modulation spectrale (voir fig. 4) .

Sous une perspective musicale, ces essais avaient comme but principal, la réalisation d’une interface (voir fig.5) assez puissante mais en même temps flexible possédant des propriétés capables de découper le spectre d’un seul signal en quatre tranches et les renvoyer vers un espace sous formes de quatres sources independantes à travers quatre hautparleurs (un hautparleur pour chaque tranche).
 
 









Chacune des tranches obtenues, après traitement indépendant (considérons-le à cet état comme un signal) devraient décrire au moins deux univers différents :
 
 

• sous un contexte d’ensemble : les quatre signaux devraient permettre à l'auditeur reconstruire la globalité (causalité) du spectre - bien qu'après le traitement du signal des changements au niveau du timbre pussent se vérifier.

• sous un contexte d’isolément de chaque tranche : chaque signal (tranche obtenue), strictement sur le point de vue du timbre, devrait accomplir un paradoxe autonome établissant ainsi une relation de non causalité entre le résultal et une quelconque origine .
 

Les résultats obtenues, du point de vue technique, s'avéraient correctes, mais en ce qu’il concernait l'agencement de l'esprit et de l’originalité de l’idée, la répartition d’un spectre et son déplacement ou localisation en tant que source sonore dans l’espace, à l’aide de la reconstruction auditive par addition des quatre signaux obtenus, n’étaient pas assez convaincants en ce qui concernaient les résultats musicaux envisagés.

(Fig.5)

Dans ce sens, la première intuition de faiblesse avec laquelle nous nous sommes confrontés, dans une optique strictement musicale, qui d'ailleurs s’est dévoilée comme un problème à résoudre, c’était le manifeste statisme que le découpage du spectre en soi-même produisait, car à la fin d’un certain bout de temps l’inexistence de changement de l’ambitus fréquentiel de chaque tranche, installait une manque de mouvement et par conséquence l’emplacement de la source restait inévitablement immobilisée (voire coincée). Ainsi, et vis-à-vis de nos propos, le manque de mouvement et la constatation immédiate de l’emplacement de la source dénonçait, d’une façon évidente un manque d'intérêt musical.

Les pas de recherche ultérieur, visant une bonne solution musicale, mais en même temps façonnant le côté technique de mode à obtenir un interface stable et fonctionnel, a duré presque huit semaines, car nous avons exploité plusieurs chemins basés dans des exemples musicaux différents.

Les exemples musicaux avaient par but, mettre en pratique une réalité proche des nos objectives, qui devrait, pourtant, simuler environnements et dimensions acoustiques assez hétérogènes . Pour simuler de façon hétérogène les dimensions acoustiques souhaitées, les critère de choix, les plus proches de la réalité acoustique envisagée, ont considéré principalement les paramètres suivants :
 
 
 
 
 
 

• masse acoustique : - sons instrumentales ;

- sons synthétiques .

• grandeur de l’espace (sales) : - temps de réverbération ;

- absorption / réflexion .
 
 
 
 
 
 
 

2.1.3 Déscription des commandes de l’interface
 
 
 
 

Après l’étude décrite préalablement, nous nous sommes décidé pour une solution basée dans deux actions :

• l’implémentation des commandes dynamiques de réglage de paramètres pour l’ensemble des quatre filtres et des modulateurs (voir fig. 6);

• le couplage à l'interface d’une extension modulaire des lignes de délai - Delay lines - (voir fig. 8).

L'implémentation de commandes dynamiques (dans les filtres comme dans les modulateurs) permettait changer les paramètres sans que des distorsions ou interférences pussent dégrader le signal car particulièrement dans les cas du signal numérique la dégradation du signal est beaucoup plus fort que dans l’analogique. En même temps ce type d'opération, admet le traitement en simultané de plusieurs signaux, ce que d’un seul coup ira permettre discerner la localisation et le mouvement de différentes sources.

(Fig. 6)











L’algorithme qui permet contrôler l'évolution des valeurs de chacun des paramètre du filtre et du modulateur (par exemple la valeur de retour - feedback - du filtre) est basé dans un processus itérative lequel incrément, à la coordonné [y] une valeur proche de [0.00001] à chaque itération. Le rapport entre le facteur temps [x] et le facteur quantification du paramètre [y] reste toujours associé à une courbe décrite à l’aide d’une tabelle (voir fig.7).
 
 

(Fig. 7)






La représentation du algorithme, dans le module de contrôle des paramètres est exprimé à travers de l'objet - line_coma - voir la figure 6.

En ce qui concerne l’extension modulaire des lignes de délai - Delay lines - (représentée dans la figure 8), celle -ci retient comme objectives principaux deux aspects :

• permettre strier (dans l’axe du temps) deux jusqu'à quatre spectres - car nous avons implémenté quatre délais;

• produire des petites glissements (miliseconds) des sources par rapport à son emplacement/perception dans l’espace.
 
 

Cette extension est composée par quatre lignes de délai, ce qui permet assigner multiples combinaisons entre les quatre opérations de retard disponibles. La multiplicité de combinaisons assignables dépendent du numéro des signaux d’entrée (quatre au maximum) et du type de groupement choisis. Comme exemple assez simple nous pouvons assigner un seul signal aux quatre lignes de délai: - [1(1)], [1(2)], [1(3)], [1(4)] ; ou bien effectuer une répartition d’un signal entre deux paires : - [1(1-2)], [2(3-4)] ; D’autres possibilités consisterais à l'assignation de quatre signaux à chacune de lignes : - [1(1)], [2(2)], [3(3)], [4(4)]; ou bien assigner parallèlement quatre signaux d’entrée aux quatre lignes de délai: - [1(1,2,3,4)],[2(1,2,3,4)],[3(1,2,3,4)],[4(1,2,3,4)] Le numero de paramètres associés à chaque ligne de délai est limité à trois: 1 - temps de rétard ;

2 - régalage de balance entre la source et le retard ;

3 - retour du signal après traitement - feedback .
 
 

Le mode d'opérer et de contrôler les valeurs de réglage des paramètres de cette extension des lignes de délai s’effectuent de la façon suivante (voir fig. 8): • temps de délai est effectué par l’objet - tapout- ;

• le réglage de balance entre la source et le retard est effectué à travers la multiplication du signal d’entré - r dirn - par le signal traité - r deln - ;

• le retour du signal - feedback - consiste à un bouclage du signal de sortie - tapout - lequel est multiplié par une valeur donnée, assigné à l’objet - r fedn - .

Concernant les applications pratiques de ce projet, nous avons jusqu’a l’instant achevé une nouvelle version de la piece pour le violoncele solo - Sotto voce - et electronique en direct qui sera jouée au mois de Septembre dans le cadre des workshops d’Été - Olhares de Outono - à Porto-Portugal . Toutefois et comme démonstrations des premierés résultats nous avons sur CD un enregistremen fait au cours des des répetitions efectués au ZKM pendant le mois de Juin de 2001 (Violoncele - Beverley Ellis).
 
 



(Fig.8)

En ce qu’il concerne la totalité de ce projet, d’autres extensions de contrôle et surtout de communication entre l'instrumentiste et l’interface de filtrage et diffusion, ont été produits. Toutefois, car il nous fallait être synthétiques dans ce rapport, en choisissant les aspects les plus relevants de ce projet , il manquera à ce rapport une description détaillée et des commentaires développées, relatives à cette partie du projet. Ainsi nous nous limiterons à faire une description très concise des figures qui se suivent en vue de donner une idée globale du fonctionnement de l’interface et des commandes de communication.

Dans la figure 9 nous avons un module d’enregistrement et de lecture des fichiers audio lequel permet emmagasiner cependant que la pièce est jouée des extraits de la partie instrumentale et à posteriori lire ces fichiers en les renvoyant à l’interface de filtrage et diffusion. Le contrôle et la façon de d'enregistrer et de lancer une lecture des fichiers s’effectue au sein d’un algorithme assez étendu (voir la figure 10) intégré dans le secteur décrit dans la fig. 11 comme le- p controls. Le secteur - p controls - est minutieusement décrit dans la fig. 12

Cet algorithme - p controls - est piloté par une liste des valeurs écrites préalablement (la partition instrumentale sous codage binaire), un ensemble des compteurs temporels et des automates de réécriture du temps (voir fig. 12) et un détecteur de la dynamique jouée (voir la figure 13). De cette façon cet algorithme nous permet d’une part reconnaître le point exact de la partition instrumentale sur laquelle l’instrumentiste joue, et en même temps suivre et garder dans des mémoires temporaires - buffers - la dynamique employée par l'interprète tout au long de la partition. La combinaison des points décrits par le codage binaire de la partition instrumental et les paramètres stockés pendant que l'interprète joue, permettent déclencher des règles de choix pour déclencher tel ou tel action. Ces règles sont basées sur les modes de jeux et les dynamique employés dans une région donnée de la partition instrumental. Après toutes ces procédures d’analyse décrites et le processus de détermination des règles de choix, l'algorithme peut finalement déterminer quel fichier, avec quel type de traitement et quand est-ce qu’il sera lancé pour une lecture ou pour l’enregistrement.
 
 


(fig. 9)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

(fig. 10)

(fig 11)

(fig. 12)

(fig. 13)





Finalement et en ce qui concerne la pièce pour voix féminine, violoncelle, électronique en direct et vidéo, au moment que nos écrivons ce mémoire de rapport, nous avons déjà ajouté quelques spécifications et extensions optimisées pour cette formation instrumentale. Toutefois, après avoir conclu ce projet, c’est notre intention, ajouter un chapitre à notre mémoire de thèse sous forme de compte rendu des résultats obtenues ainsi qu’une description convenablement détaillée.
 
 
 
 
 
 
 
 
 

2.2 Machina Musica
 
 
 
 

La deuxième partie de notre travail au cours de l’an de 2001, a visé la réalisation de deux installation pour lesquelles nous avons programmée deux interfaces différentes.

La première des interfaces (voir fig. 14) a comme finalité principale la manipulation d’un nombre fini des sons préalablement enregistrés. Le groupement et le choix des sons se sont objectivés sur la voix féminine. Devant l’interface l’utilisateur possède differentes posibilités de manipulation :

• contruction/composition de textures (vocales) à nombre de couches limité (une jusqu’á douze)

• controle de l’intensité/dynamique de chaque couche de la texture

• controle de la vitesse de lecture de chacune des couches

• possibilité de choix du point initial de lecture et du point de finalisation de la lecture.


(fig. 14)







L’implémentation des fonctions de contrôle des différentes paramètres d'accès est programmé en somme à travers le protocole MIDI (9)  raison pour laquelle la plupart des objets utilisés dans la programmation de l’interface se rapportent au syntaxe et aux valeurs de la norme MIDI.

Dans le cas de notre première installation le hardware périphérique est basé dans un ensembles des senseurs (cellules photovoltaïques) à partir desquels nous procédons à l’extraction des valeurs lesquels sont postérieurement convertis dans la norme MIDI (Volt-to-MIDI). Après avoir effectué la conversion, l’ensemble des valeurs peut déterminer la variation linéaire de chacun des paramètres employés dans le contrôle de l’interface. Le module désigné par - p change_vol - dans la figure 15 assure le contrôle de la dynamique de chacune des couches à travers le message envoyé par l’objet - s gate_b - représenté dans la figure 17 . Le message envoyé à travers cet objet est provenant d’une commande de syntaxe typique de la norme MIDI (la dynamique) à travers l’objet - notein. L’objet - notein - interprète deux paramètres envoyés à partir des senseurs (cellules photovoltaïques), la hauter

(fig. 15)










(domaines des fréquences) et l'intensité (l’amplitude dynamique), lesquels sont postérieurement convertis en valeurs de la norme MIDI.
 
 
 
 
 
 
 


 
 
 
 
 
 

(fig. 16)

(fig. 17)


 
 

Le module désigné par - p change_gliss - dans la figure 15 assure le contrôle de la vitesse de lectures de chacune des couches à travers le message envoyé à partir de l’objet - s voice_Numero - représenté dans la figure 17. Le message envoyé par cet objet provient des paramètres définis par un message typique du protocole MIDI: bendin.

Les objets - groove - représentés dans la figure 15 ont comme fonction de réaliser le traitement du signal en temps réel (vitesse de la lecture, sens de la lecture, point de départ de la lecture, etc...), dans ce cas sous forme de fichiers de son emmagasinés dans les objets - buffer - représenté dans la figure 18.

(fig. 18)

Dans le cas de notre deuxième installation le principe de fonctionnement et les paramètres d’interaction sont en tout semblables au travail antérieur, toutefois par l'expérience acquise et à travers l’observation minutieuse des difficultés d’utilisation de la part du public, nous avons réduit à nombre de deux, les paramètres contrôlables par l’utilisateur. D’autre part l’interface graphique (voir fig. 19) est aussi beaucoup plus amicale et lisible par rapport à l’interface antérieur.

Dans cet instrument nous avons la possibilité de lire parallèlement dix fichiers enregistrés préalablement et le contrôle des paramètres s’est restreint à la vitesse de lecture et à la dynamique indépendante de chaque couche (chaque fichier de son).


 

(fig. 19)

À travers l'implémentation d’une fonction aléatoire (de 0 jusqu’à 9) la sélection de chaque couche est mise à disposition de l’utilisateur pour que ceci puisse effectuer indépendamment l'ajustement de la vitesse de lecture et à l'ajustement de la dynamique de la même couche.

Pour le contrôle et le changement de la vitesse de lecture d’un fichier du son l’utilisateur est prié d’émettre un son (même le souffle est suffisante) lequel sera capté par un microphone. À travers la variation de la dynamique du son émis par l’utilisateur, ceci pourra ajuster la vélocité de lecture (hauteur) souhaité. Pour la visualisation du changement l‘utilisateur peut observer la petite boite numérique qui se trouve au dessus du curseur jaune (voir fig. 19). En même temps, à travers un contrôleur physique (Joystick) l’utilisateur peut aussi manipuler l’amplitude dynamique (contrôlés à travers le curseur jaune - fig. 19) du fichier de son mise à disponibilité par l’interface.

Après un but de temps l’interface bloque automatiquement les possibilités de changement de la velocité de lecture et de l’amplitude dinamique, et une autre fontion de changement se met à disponibilité . Cette derniére fonction de manipulation s'applique à la globalité de l’instrument sous forme de calibrage du balance entre le son réel et le son traité par une unité de réverbération. Pour effectuer cette opération l’utilisateur peut manipuler le même contrôleur physique (Joystick) qui contrôle l’amplitude dynamique, mais à cet état de fonctionnement ce contrôleur pourra uniquement mouvementer les curseurs bleu (son réverbéré) et le curseur orange (son réel) sous forme de proportion inverse.

Car une description technique de cet instrument demanderais encore le développement supplémentaire de ce rapport, comme façon de comprendre plus clairement les résultais obtenues, nous remettons pour l'écoute des extraits sonores inclues dans le CD audio qui accompagne ce mémoire.
 
 
 
 
 

 3. Conclusion
 

Pendant la troisième année des travaux de recherches pratiques, l’objectif principal de notre activité s’est confiné à l'achèvement des projets qui se trouvaient encore sous l’état de work in progress . Dans ce sens, et comme synthèse des recherches pendant l’année scolaire 2000/2001 :
 
 

• nous avons corrigé et fini l'interface pour la pièce de Violoncelle Solo - Sotto Voce;

• nous avons pu fixé les "bugs" de programmation d’une bibliothèques d'outils pour le contrôle externe (senseurs, etc..) d’instruments numériques de musique;

• nous avons achevé complètement la bibliothèques d'outils de contrôle externe pour le kit de programmation Max, au moment de la réalisation des deux installations décrites dans le point 2.2 ce rapport.
 

Parmi les descriptions sur l'état d’avancement de notre travail, et les compte rendus sur les résultats obtenus tout au long de cette année, nous avons essayé au cours de ce mémoire de rapport, de témoigner des aspects spécifiques de chaque sujet sous une forme assez synthétique et claire, en détriment des relations directes de leurs applications pratiques ou bien du contexte plus ou moins artistique de leurs objectives finaux. Ainsi le point central et la forme de présentation des contenus de ce rapport se sont orientés principalement vers l'articulation et l'évolution de la pensée inhérente aux différentes processus de construction, de développement et adaptation des outils ressortis d’une technologie très spécifique, le Digital, dirigés à une activité personnel, la composition. Dans ce sens les descriptions et analyse sur des réalisations strictement musicales achevés et en cours - le cas de NaT II qui aura sa première au mois d’Octobre de cette année - ont été exclues du texte de ce rapport.

En ce qui concerne notre séjour de recherche, dans le ZKM | Zentrum für Kunst und Medientechnologie à Karlsruhe, au cours de ces trois ans de recherche, parfois intégré dans des groupes de travail pluridisciplinaires, parfois d’une façon plus singulière, nous avons pu bénéficié des orientation et de l’aide précieuse de personnalités hautement qualifiées ( M. Horacio Vaggione, M. Pierre Dutilleux, M. Johannes Goebel, M. Miller Pucket)ce qui nous a permis acquérir des connaissances très étendues et une expertise pointue en ce qu’il concerne l’articulation entre les principales axes du savoir de la technologie digitale - Computer Sciences et Acoustique - et leur intégration dans la pratique musicale.

Bien que d’autres sujets assez intéressants dévoilés constamment par l'évolution technologique abrupte mais aussi les exceptionnelles conditions de recherche offertes par le ZKM, attirent nos intérêts vers la persécution des nouvelles recherches, il arrive maintenant le moment de, systématiquement, rédiger le mémoire de thèse. Ainsi, et dans le sens de pouvoir conséquemment exposer sous forme de documentation écrite d’une façon plus étendue mais aussi plus documenté, toutes les données de recherche, l’information récolté et l'expérimentation effectuée, nous envisageons procéder le pas suivant de notre palan de travail : la rédaction du mémoire de thèse. De cette façon c’est notre propos débuter la rédaction du mémoire de thèse à partir du mois de Septembre et faire la soutenance de la thèse au mois d’octobre de l’an de 2002.

Il nous reste remercier la générosité impayable sous forme des heures perdues aussi bien que la patience de toutes les personnes avant mentionnés sans d’autres intérêts que notre travail et nos idées. Très spécialement il nous reste encore remercier à M. Prof. Dr. Johannes Goebel, directeur de l’Institut de Musique Acoustique du ZKM|Zentrum für Kunst und Medientechnologie, qui inconditionnellement a toujours soutenu notre travail de recherche.
 


Notes
 

1 -  Ce travail est presenté et décrit dans le "paper " de notre conférence réalisé au ZKM le 2 Juin 1999  dans le cadre du programme "update" .
2 -  Récemment nous avons initié la compilation des différents algorithmes employés dans notre travail, lesquels seront brièvement disponibles sous forme d’une bibliothèque d’objets externes pour le Kit de programmation Max/Msp.
3 -  FERREIRA-LOPES, P. ; Lisboa-Paris-Karlsruhe  in  Notas Preliminares nº5 Junho 2000.  Éditions Doces Notas S. C . Madrid ; 2000.
4 -   FERREIRA-LOPES, P. ;  A Ordem Natural do Digital - à l’ère des cultures minoritaires  in  Notas Preliminares nº6 Dezembro 2000. Éditions Doces Notas S. C . Madrid ; 2000.
5 -  Concernant la description spécifiée des activités correspondantes à cette année de recherche voir les chapitre 2 et 3 (conclusions)
6  -  Sotto Voce (titre le la pièce) la première a été programmé dans le cadre  des Workshops - Olhares de Outono - au mois de Septembre de 2001 dans la ville de Oporto - Portugal (Violoncelliste - Beverley Ellis)
7 -  NaT II (titre de la pièce) la première a été programmé dans le Festival MUSICA STRASBOURG  - au mois d’Octobre 2001 dans la ville de Strasbourg - France (Ensemble AccrocheNote)

8 - SERRA, X. and SMITH, J. , "Spectral modeling synthesis " in Computer Music Journal nº14(4), The MIT Press . Cambridge . 1990 .
9 -  MIDI (Musical Interface for Digital Instruments) est un protocole de communication entre des instrumentes musicaux  (lutherie électronique).
 
 



4. Appendice